Samedi 3 juin 2006 - Le départ pour cette grande aventure

Départ CDG 11h – retard de 45 mn. Vol sans problème, déjeuner très convenable, premier film « Les brigades du tigre », puis Stop au bout de 40 mn c'est nul et je décide d'enchaîner sur « firewall ». Nathalie (une volontaire de Planète Urgence avec qui je vais partager cette aventure) persiste avec les tigres, moi, je finis le vol avec « Antartica ».

Nous arrivons à Douala avec nos 45 mn de retard. A peine mis un pied dans le satellite de sortie...Pouffff !!! Il fait 32°mais il semble en faire 45 avec la différence de température liée à la climatisation dans l'avion !! Le contrôle sanitaire, puis la police avant de passer aux tapis de bagages.

C'est un peu le bordel, il y a des petits hommes verts partout. Ils veulent se charger de vos bagages mais nous sommes vigilants, car nous avons été prévenus... ils veulent se faire un peu d'argent. Nos bagages finissent par sortir et nous ne les lâchons pas. Direction la sortie, nous allons essayer de trouver rapidement Michel, notre correspondant Planète Urgence qui doit nous attendre. La sortie est très étroite et une foule s'amasse devant ?!?

Avant même d'y arriver, un agent de l'aéroport nous demande notre reçu de bagage. Nathalie sort le sien et « Laurent » comme d'habitude ne sait pas ce qu'il a fait de ce foutu papier !!

Une fois trouvé et présenté, nous essayons de sortir. En fait le bazar, c'est la douane avec un comptoir de déballage et il semble falloir y passer. Je prends les devants et entraîne Nathalie à resquiller sur le côté en espérant ne pas être contrôlé. Génial, mon idée a fonctionné, nous sommes dehors et nous apercevons tout de suite Michel avec son panneau PLANÈTE URGENCE. Un jeune homme lui emboîte le pas à notre rencontre, et tandis que Michel prend le sac de Nathalie, je laisse le mien en toute confiance à ce jeune homme ...

Erreur !!! Il n'est pas du tout avec Michel, je me suis fait piéger comme un « bleu ». Une fois dans le mini bus il réclame de l'argent, et Michel lui donne 2 ¤ pour qu'il nous lâche. Il fait vraiment très chaud et cela nous change des 15 ° que nous avions à Paris durant tout le mois de mai. Nous entamons notre route vers notre hôtel qui se trouve à environ 15 mn.

Incroyable première impression, les rues semblent être dangereuses sur le plan de la circulation... c'est du « n'importe quoi », ils ne respectent rien et nous avons le sentiment que nous allons aller au contact à chaque instant. Pour ma part, moi qui aie déjà conduit à Tunis et Antalaya, je pensais avoir tout vu, mais là !!! Il n'est même pas question de penser prendre une voiture de location, nous ne ferions pas 100 m sans s'accrocher. Les Stop ne sont pas respectés, et les feux tricolores, ils auraient du les faire monochrome puisqu'ils n'en regardent jamais la couleur.

Nous arrivons à l'hôtel et nous nous installons. Nous oublions la douche car il n'y a pas d'eau. Seul un seau d'eau propre attend notre sueur de la journée.

La toilette finie, nous retrouvons Michel au Bar. Simple, tamisé mais agréable. Après quelques échanges, les échanges, nous en reparlerons plus tard, peuvent durer des heures (c'est ça l'Afrique !!!), nous prenons un taxi pour trouver un bureau de change. 10 mn après nous arrivons, mais pour ne pas être arnaqué, nous restons Nathalie et moi cachés sur le côté de la rue et Michel s'occupe de la transaction.

La pluie commence à tomber un petit peu, et Michel revient avec nos Francs CFA. Il nous dit que nous allons reprendre un taxi, mais il discute avec nous sous la pluie qui devient très forte et nous propose de nous mettre sous un porche à 10 mètres pour ne pas mouiller ses chaussures en cuir ?!? Je ne comprends pas ce que nous attendons alors que des taxis passent devant nous et ... Rien, nous les laissons passer. 10 mn passent et le déluge est là !!! Enfin Michel siffle un taxi et nous montons dedans. Le temps de monter, nous sommes trempés et nous roulons en aveugle, tellement l'eau tombe. Les rues sont déjà inondées et les gerbes d'eau provoquées par le taxi font déjà plus d'un mètre. L'hôtel est en vue et nous prenons une nouvelle douche en sortant du taxi. Nous qui rêvions d'une douche nous sommes servis.

La soirée se passe en douceur, nous dînons, un excellent bar grillé au menu accompagné de bananes plantin.
Apres le dîner, Nathalie et moi prenons un café, ou plutôt un mélange de Nescafé et de chicorée, dans les canapés du bar. Nous continuons à faire connaissance et tentons d'imaginer ce qui nous attend à campo.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.227.127.109) if someone makes a complaint.

Comments :

  • mcewen77

    06/12/2006

    tonton tu me connais je suis très fainéant donc pas plus d'un article par jour sinon je vais pas tenir le coup. Alors je vais faire comme nathalie et toi je vais imaginer ce qui va vous arriver en m'endormant ce soir. qu'est ce que j'ai des bonnes idées quand même!!!! lol gros bisous à vous deux à bientot j'espere.mais à demain sur le blog pour le prochaine épisode mdr

Report abuse