Mardi 6 juin - Première journée de Terrain

Rendez vous à 9h pour le petit déjeuner, puis nous préparons notre première journée sur le terrain. Nous partons à 10h avec Jean-Marc et Kosso (un garde chasse) pour Bendji, un petit village juste avant Ebodjé. Nous rendons visite au chef du village qui nous explique avec sa Bonne foi qu 'il pensait que nous viendrions le 7... donc les villageois ne sont pas là et l'enquête n'est pas possible.

Nous allons donc sur Ebodjé et là, nous sommes obligés d'attendre que la cérémonie de remise des diplômes aux élèves de l'école soit terminée, car c'est le dernier jour avant 3 mois de congés, pour rencontrer le chef de village.

Après 30 mn il arrive. Entre temps nous sommes allés sur la magnifique plage d'Ebodjé prendre la fraîcheur du vent qui souffle. Il fait très beau et très chaud, pas un nuage et là ... Jean-Marc me dit « laurent, ici il y a du réseau téléphonique et tu peux donc appeler les tiens » Je n'y crois pas, personne à l'autre bout de la ligne, et je ne peux laisser qu un message... je suis dégoûté !

Nous démarrons enfin l'enquête, il est midi trente. Nous nous répartissons les maisons à visiter pour mener l'enquête durant 2h et demi. Il fait une chaleur insoutenable et nous transpirons à très grosses goutte. De plus, les 2/3 des interviews se font avec un traducteur et ce n'est pas aisé. Pour cette première journée terrain nous récoltons 18 questionnaires. D'après Jean-Marc, pour un début ce n'est pas mal.

Au moment de quitter Ebodjé on croise le chef du village que nous saluons et il nous présente un sénégalais pêcheur qui vient de débarquer sur la plage pour vendre sa pêche, des requins ! Nous passons donc à la plage et prenons quelques photos avec leurs trophées d'environ 1M50.

Après cela, nous partons, et à mi chemin du retour on s'arrête sans comprendre pourquoi, Jean-Marc nous demande de descendre et nous présente une amie pauline qui nous attendait simplement car elle nous avait préparé un petit repas de poisson fumé avec des tubercules. Nous mangeons donc à 16H dans une petite maison de brique de terre.

Nous repartons et arrivés à campo on s'arrête chez Ernestine qui nous prend les mesures pour nous faire un vêtement traditionnel camerounais. On nous laisse pas trop le choix, mais ce n'est pas grave l'ensemble nous coûte 12000 FCFA (environ 18¤) et nous faisons d'Ernestine une heureuse.

Retour à la chambre, douche et ensuite, saisie des données dans ma chambre jusqu'à 20h, nous allons déjeuner. Puis discussions autour d'une « Castel » et dodo.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.227.127.109) if someone makes a complaint.

Report abuse