Vendredi 9 juin, début de la coupe du monde de football

Le passage du gouverneur, puis de l'évêque dans la région perturbe aisément notre planning et durant les 3 jours qui suivent nous sommes contraints de faire avec ces aléas et nous allons en profiter pour commencer notre saisie des données au cercle militaire chez Sidonie, puis débuter la rédaction de notre rapport. Vendredi et samedi, nous travaillons donc à campo sur notre pc portable environ 6 heures par jour.

Dimanche arrive et notre projet de retourner à Ebodjé pour continuer l'enquête est de nouveau avorté. En effet, l'évêque a pris du retard et doit repasser à Ebodjé. Tout le monde l'attend et personne n'est donc disposé à nous répondre. Ras le bol d'être « campé à Campo », je propose donc à Nathalie et Jean-Marc d'aller tout de même a Ebodjé, mais pour profiter des belles plages et ainsi se baigner sans oublier le coup de téléphone tant attendu car a Campo...silence radio, le réseau ne passe pas.

Nous rentrerons de cette ballade, heureux d'avoir pu appeler et heureux de notre bain dans l'atlantique à environ 27°. Nous avons emmené (presque de force) Alphonse qui s'en est donné finalement a c½ur joie dans l'eau. Alphonse s'occupe de beaucoup de chose à l'auberge, il est le jeune homme à tout faire, il est toujours là pour aider et rendre service, et ce même Alphonse qui a presque 20 ans, n'est encore jamais allé se baigner à Ebodjé qui ne se trouve qu'a 20 km de campo.

Sur la plage nous prenons quelques photos et un, puis deux puis trois puis une troupe complète de jeunes enfants du village nous accaparent pour prendre des photos avec eux. Nathalie s'en charge, comme d'hab, toujours très volontaire pour faire plaisir, et voyant le succès qu'elle a avec ses photos que les enfants peuvent immédiatement visionner grâce à son appareil photos numérique, je lui emboîte le pas en leur proposant de les filmer.
Là, c'est presque l'émeute générale et pour conditionner tout ce petit monde, je leur propose de nous chanter une chanson. Ils sont ravis de cette idée et démarrent tous en c½ur...une « Marseillaise » sans écorcher la moindre parole... je prends conscience à ce moment que moi-même, je n'en connais pas le contenu intégral.

Une fois filmé, je ne peux éviter une puis deux retransmission du petit film. Ils sont aux anges tous ces gosses adorables. Autant de joie naturelle dans ces petits bouts de choux si pauvres, voire même orphelins pour certains – les accidents de pêche et les maladies n'épargnent personnes dans ces villages éloignés de tout.
Notre bain fini, nous repassons devant la maison d'Alain, un des interprètes, et là, impossible de refuser le modeste repas qu'il est enchanté de nous offrir. Nous passons à table ou nous attend un bon riz a la tomate, cuisson al dente.

Nous le remercions généreusement avant de repartir, il est fier et heureux que nous ayons accepté son hospitalité. Nous reprenons ensuite la route vers Campo pour passer une soirée tranquille, ou presque puisque la coupe du monde a débutée et tous les matchs sans exception sont une raison de se réunir, commenter à verbe haut chaque action, et bien sur boire de la bière.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.94.117) if someone makes a complaint.

Report abuse